^Back To Top

Histoire de vie de Mme Nzeyimana

 Âgée de 45 ans, Mme Godance NZEYIMANA habite en province de Karusi, en commune de Shombo, et, membre d’un Self Help Group (SHG) depuis 2007, elle était une des bénéficiaires du projet de sécurité alimentaire (Projet d’Appui à la structuration et professionnalisation de 465 OPs) exécuté par KNH et RBU 2000+, entre 2010 et 2014. Le projet étant aujourd’hui clôturé, nous sommes allés constater la situation actuelle de bénéficiaires.

Mariée et mère de 9 enfants, Mme Nzeyimana possède une large surface

cultivable d’environ 4,6ha et vit de l’agriculture. Les conditions de vie du ménage avant le projet étaient difficiles : sa famille ne prenait qu’un seul repas par jour et parfois aucun, et Mme Nzeyimana nous raconte que : « Avant, je semais n’importe comment et j’utilisais beaucoup de semences mais je récoltais peu ».

À travers le projet, Mme Nzeyimana a donc reçu un appui matériel en semences de maïs et en engrais minéraux. Mais elle est surtout fière des formations qu’elle a reçues sur des techniques agricoles améliorées, en particulier pour la culture du maïs.

Elle a aussi construit sa fosse à compost qu’elle utilise actuellement.

Aujourd’hui, elle cultive des haricots, du manioc, du maïs, des bananiers. Dans les marais, elle produit du riz, des choux et de l’amarante. Elle a également un kitchen garden près de sa maison et y produit des légumes entièrement réservés à son ménage.

Auparavant, ses rendements en maïs ne dépassaient pas 200kg, mais aujourd’hui, grâce à la mise en œuvre des pratiques apprises au cours des formations, elle récolte environ 400 kg.

Une partie de ses récoltes est destinée au ménage, une autre utilisée comme semences et la dernière part réservée à la vente. L’utilisation d’un hangar lui permet de conserver ses récoltes et d’attendre des prix de vente favorables.

Au cours du projet, grâce à l’amélioration de sa production, les revenus de Mme Nzeyimana ont aussi augmenté. Elle a donc accru son épargne et peut contracter des crédits auprès du SHG qu’elle rembourse facilement.

Grâce à l’augmentation de ses revenus, la totalité de ses parcelles sont aujourd’hui exploitées, car elle peut désormais employer des ouvriers pour l’aider et dispose de semences en quantités suffisantes.

Aussi, au cours du projet, elle a acheté une chèvre qui, depuis, a eu 3 chevreaux. Elle dispose donc aujourd’hui d’une source de fumier pour la fabrication de son compost, qu’elle utilise ensuite pour fertiliser ses champs.

L’augmentation de ses revenus et de son épargne lui a permis de débuter un petit commerce de vente de légumes et d’acheter des tuiles modernes et des briques pour sa nouvelle maison en cours de construction. Mme Nzeyimana nous partage aussi sa grande fierté dans un large sourire : « Oh la situation a changé ! Je viens de payer la totalité de la dot de mon fils qui va bientôt se marier, 150000 francs ! ».

Côté santé, sa famille mange désormais 3 fois par jour. Elle déclare que : « même si nous ne mangeons pas de viande, je peux maintenant acheter des ndagalas (petits poissons) », de l’huile et du sel, et grâce à son kitchen garden, elle dispose de légumes pour les repas. Elle assure que : « les enfants sont maintenant en bonne santé », et effectivement, lancés dans une partie de football, ils le paraissent bien. De plus, elle a acheté une carte de mutuelle santé qui lui permet maintenant de réduire les coûts de santé de sa famille. Elle n’est désormais plus contrainte de vendre un bien matériel pour subvenir aux éventuels frais de maladie d’un de ses enfants. Elle peut également facilement subvenir aux besoins matériels du ménage, tels que les vêtements, les ustensiles de cuisine mais aussi aux frais scolaires des enfants.

Aujourd’hui Mme Nzeyimana nous affirme : « je ne vis plus dans cette situation de pauvreté à en mourir », elle est confiante en l’avenir et a de nombreux projets en tête. Elle planifie d’acheter une vache pour améliorer la qualité de sa fumure organique. Elle aimerait aussi améliorer ses techniques de culture du bananier, acheter une nouvelle parcelle pour y construire une autre maison pour sa famille nombreuse, et surtout, elle s’est promis que plus aucun de ses enfants n’abandonnerait l’école avant le secondaire.

Copyright © 2015. Réseau Burundi 2000 Plus Rights Reserved.


Adresse: Avenue Mwaro n°13, Quartier INSS, Bujumbura Mairie, BURUNDI

 Tél : 22 21 98 13 / Email : raf2000bdi@yahoo.com