^Back To Top

Publications

Les cultures maraîchères comme source de stabilité nutritionnelle et financière dans les ménages des petits producteurs à Karusi

 

Le RBU2000+ se préoccupe de l’amélioration de l’état nutritionnel dans les ménages des bénéficiaires de ses interventions. A Karusi, dans le cadre de son projet de sécurité alimentaire mis en œuvre dans les communes de Mutumba, Gitaramuka, Gihogazi grâce au financement du gouvernement allemand et de la fondation KNH, le RBU2000+ a initié les bénéficiaires à développer des cultures  nutritives tels que les légumes, les fruits et les champignons. L’objectif est de contribuer à lutter contre la malnutrition  chronique dans les ménages des bénéficiaires, particulièrement, au groupe le plus exposé qui sont des nourrissons et des femmes enceintes et allaitantes en leur procurant un accès facile à un repas équilibrée.

Au cours de l’an 2020,  avec l’appui de RBU2000+, plus de 39 598 kg de légumes composées de choux, amarantes, aubergine et oignons  ont été récoltées par 3637 ménages des producteurs dont 224 sans terres par l’installation de 3426 jardins de cases.  

Les légumes produites dans les jardins de cases sont principalement destinées  à la consommation familiale. Ils permettent aux ménages d’avoir à domicile et en permanence, y compris la saison sèche, des légumes variées pour enrichir leur repas sans chaque fois recourir au marché. Ceci car, les jardins de cases peuvent être plantées de différents types de légumes et un ménage peut aménager à la fois plusieurs jardins de cases en fonction de l’espace et des moyens disponibles. 

En plus de ces jardins de cases, le RBU2000+ encadre les bénéficiaires à cultiver des légumes dans les marais. 72,28 ha  sont emblavés par les cultures de choux, d’oignons, de betteraves, de carottes et d’aubergine.  Il disponibilise les semences et assure le renforcement des capacités sur les itinéraires techniques maraichères depuis l’aménagement et ensemencement des germoirs, entretien des plants de légumes en germoirs et le repiquage de plants de légumes dans les champs. Le staff technique de RBU2000+ assure le suivi des producteurs dans les activités d’entretien des champs en mettant à leur disposition des fertilisants et des produits phytosanitaires. (Voir à droite: Champs repiqué des choux suivant les techniques culturales améliorées apprises)

Le RBU2000+ encadre également ces producteurs dans la culture des champignons. 433 ménages des communes cibles du projet pratiquent la myciculture et ont récolté 634,74 Kg.  Il encadre ces producteurs au niveau des sites champignonnières pilotes chargées de produire les quantités consommées par le reste des habitants de la localité. (Photo à droite: Les bénéficiaires se réjouissent de leur récolte de champignons)

A travers des séances de démonstrations culinaires, le staff technicien nutritionniste de RBU2000+ apprenne au groupe de bénéficiaires essentiellement composé de femmes en âge de procréer dont  les femme enceintes et allaitantes,  les techniques de préparation d’un régime alimentaire équilibré à base des champignons dans le cadre des FARN (foyers d’apprentissage  et de réhabilitation nutritionnelle). Après les séances de démonstrations culinaires, les bénéficiaires vont appliquer les techniques apprises au sein de leurs ménages.

Sur le plan nutritionnel, combinée à d’autres bonnes pratiques, la consommation des légumes et  des champignons a conduit à l’amélioration de l’état nutritionnel des enfants dans la zone d’action du projet. Au cours de l’an 2020, sur 253 enfants mal nourris suivis, 246, soit 97 % ont été réhabilités.   

Sur le plan financier, ces cultures constituent une source génératrice de revenus aux ménages des petits producteurs. A un coût moyen de 500FBU le kg, les légumes produites présentent une valeur monétaire de 19 799 000FBU. Nu était cette activité, une telle somme serait dépensée par les ménages des petits producteurs pour acheter ces légumes au marché alors que désormais elle représente leur épargne et est affectée à la satisfaction d’autres besoins.

Après la vente à 2500 FBU le Kg, les membres des groupements mycicoles ont gagné une somme de  1 870 000 FBU qu’ils ont investi d’une part dans  l’augmentation de leur capital au sein des VSLA, dans la réalisation des AGRs dont l’élevage et d’autre part, pour répondre à leurs besoins familiaux.  L’extension de cette activité est encours à travers la mise en place de nouveaux sites champignonnières dans la zone d’action pour plus d’impact.(photo à droite: Les chèvres achetées grâce aux revenus issus de la vente des champignons).

 

Copyright © 2015. Réseau Burundi 2000 Plus Rights Reserved.


Adresse: Avenue Mwaro n°13, Quartier INSS, Bujumbura Mairie, BURUNDI

 Tél : 22 21 98 13 / Email : raf2000bdi@yahoo.com