^Back To Top

Publications

La jeunesse en formation action pour la protection de l’environnement à Ngozi.

En date du 14 juillet 2020, WeltHungerHilfe (WHH) en compagnie de ses partenaires de mise en œuvre dont le Réseau Burundi 2000 Plus (RBU 2000+) et Burundi Business Incubator (BBIN), ont effectué une visite de terrain en présence des représentants de l’administration et des services techniques pour se rendre compte de l’état des réalisations du projet « Approche intégrée d’adaptation aux impacts négatifs du changement climatique dans le nord du Burundi », qu’ils mettent en œuvre dans les communes Busiga, Mwumba, Nyamurenza, Kiremba, Marangara et Tangara de la province de Ngozi’ depuis octobre 2019.

La visite a été effectuée en commune Marangara sur deux sites Munzugu et Nyunzwe. La délégation du projet a trouvé les jeunes  en pleine activités de préparation et aménagement des pépinières pour la production des plants forestiers. Sur les deux sites visités, plus de 30 germoirs déjà semés dont le tiers ensemencés au Casuarina equisetifolia montre déjà une germination de plus de 90%.  Le constat est que le projet offre à ces jeunes (garçons, filles et jeunes femmes compris entre 18 et 35 ans) un cadre d’apprentissage par action de par leur participation à toutes les étapes de production des plants. Ils acquièrent ainsi des connaissances et  renforcent leurs capacités  dans  les activités pépiniéristes ce qui les prépare à devenir plus tard des pépiniéristes organisés en associations exerçant ces activités comme leurs business.

Grace à ce projet, 1200 jeunes à Ngozi sont encadrés et sont actifs dans la production des plants forestiers pour le reboisement des terres à pente vulnérables par l’utilisation d’une technologie locale innovante de remplacement des sachets en plastiques non biodégradables par des stipes de bananiers  biodégradables favorables à la restauration de la fertilité du sol. Lors de la visite, plus de 750.000 tubes en stipes de bananiers étaient déjà confectionnés et sont en train d’être rangées sur les parcs  de repiquage.  Voir photo à gauche: les rangé des tubes en stippes de bananiers remplies de terre prets pour le repiquage.

A travers l’approche « achat des résultats »,  le projet constitue réellement une source de revenus pour ces jeunes qui sont rémunérés pour chaque tube produite et remplie de terre. Comme en témoignent certains de ces jeunes, la fabrication des tubes en stipes de bananiers leur procurent de l’argent qu’ils comptent investir dans la réalisation des différentes AGRs individuelles ou collectives qu’ils ont déjà conçues avec l’appui de BBIN. Selon leurs témoignages, mesdames Claudine NZOHABONIMANA et Evelyne NIZIGIYIMANA ont respectivement fabriqué 2000 et 4000 tubes et attendent   le paiement prévu à la fin de ce mois pour recevoir chacune une somme de 100.000Fbu et 200.000Fbu. Avec cet argent, elles prévoient acheter des chèvres pour élevage.

Comme défis, la délégation a remarqué, le problème des feux de brousses qui, malheureusement est encore observable dans la zone d’action du projet.  Sur deux de nos sites à reboiser (Renga et Nyunzwe), plus de 200 ha ont été incendiés en dates du 6-7 juillet 2020. Le projet pourra  orienter la communauté locale et surtout ces jeunes dans la prévention des feux de brousse par une éducation environnementale et la collaboration avec l’administration locale. Voir photo à droite: les espaces brulés.

Les cultures maraîchères comme source de stabilité nutritionnelle et financière dans les ménages des petits producteurs à Karusi

 

Le RBU2000+ se préoccupe de l’amélioration de l’état nutritionnel dans les ménages des bénéficiaires de ses interventions. A Karusi, dans le cadre de son projet de sécurité alimentaire mis en œuvre dans les communes de Mutumba, Gitaramuka, Gihogazi grâce au financement du gouvernement allemand et de la fondation KNH, le RBU2000+ a initié les bénéficiaires à développer des cultures  nutritives tels que les légumes, les fruits et les champignons. L’objectif est de contribuer à lutter contre la malnutrition  chronique dans les ménages des bénéficiaires, particulièrement, au groupe le plus exposé qui sont des nourrissons et des femmes enceintes et allaitantes en leur procurant un accès facile à un repas équilibrée.

Au cours de l’an 2020,  avec l’appui de RBU2000+, plus de 39 598 kg de légumes composées de choux, amarantes, aubergine et oignons  ont été récoltées par 3637 ménages des producteurs dont 224 sans terres par l’installation de 3426 jardins de cases.  

Les légumes produites dans les jardins de cases sont principalement destinées  à la consommation familiale. Ils permettent aux ménages d’avoir à domicile et en permanence, y compris la saison sèche, des légumes variées pour enrichir leur repas sans chaque fois recourir au marché. Ceci car, les jardins de cases peuvent être plantées de différents types de légumes et un ménage peut aménager à la fois plusieurs jardins de cases en fonction de l’espace et des moyens disponibles. 

En plus de ces jardins de cases, le RBU2000+ encadre les bénéficiaires à cultiver des légumes dans les marais. 72,28 ha  sont emblavés par les cultures de choux, d’oignons, de betteraves, de carottes et d’aubergine.  Il disponibilise les semences et assure le renforcement des capacités sur les itinéraires techniques maraichères depuis l’aménagement et ensemencement des germoirs, entretien des plants de légumes en germoirs et le repiquage de plants de légumes dans les champs. Le staff technique de RBU2000+ assure le suivi des producteurs dans les activités d’entretien des champs en mettant à leur disposition des fertilisants et des produits phytosanitaires. (Voir à droite: Champs repiqué des choux suivant les techniques culturales améliorées apprises)

Le RBU2000+ encadre également ces producteurs dans la culture des champignons. 433 ménages des communes cibles du projet pratiquent la myciculture et ont récolté 634,74 Kg.  Il encadre ces producteurs au niveau des sites champignonnières pilotes chargées de produire les quantités consommées par le reste des habitants de la localité. (Photo à droite: Les bénéficiaires se réjouissent de leur récolte de champignons)

A travers des séances de démonstrations culinaires, le staff technicien nutritionniste de RBU2000+ apprenne au groupe de bénéficiaires essentiellement composé de femmes en âge de procréer dont  les femme enceintes et allaitantes,  les techniques de préparation d’un régime alimentaire équilibré à base des champignons dans le cadre des FARN (foyers d’apprentissage  et de réhabilitation nutritionnelle). Après les séances de démonstrations culinaires, les bénéficiaires vont appliquer les techniques apprises au sein de leurs ménages.

Sur le plan nutritionnel, combinée à d’autres bonnes pratiques, la consommation des légumes et  des champignons a conduit à l’amélioration de l’état nutritionnel des enfants dans la zone d’action du projet. Au cours de l’an 2020, sur 253 enfants mal nourris suivis, 246, soit 97 % ont été réhabilités.   

Sur le plan financier, ces cultures constituent une source génératrice de revenus aux ménages des petits producteurs. A un coût moyen de 500FBU le kg, les légumes produites présentent une valeur monétaire de 19 799 000FBU. Nu était cette activité, une telle somme serait dépensée par les ménages des petits producteurs pour acheter ces légumes au marché alors que désormais elle représente leur épargne et est affectée à la satisfaction d’autres besoins.

Après la vente à 2500 FBU le Kg, les membres des groupements mycicoles ont gagné une somme de  1 870 000 FBU qu’ils ont investi d’une part dans  l’augmentation de leur capital au sein des VSLA, dans la réalisation des AGRs dont l’élevage et d’autre part, pour répondre à leurs besoins familiaux.  L’extension de cette activité est encours à travers la mise en place de nouveaux sites champignonnières dans la zone d’action pour plus d’impact.(photo à droite: Les chèvres achetées grâce aux revenus issus de la vente des champignons).

 

Impact de l’action des agents de changement Abatangamuco à Karusi

 

 

Les témoignages des couples Agents de changement AC ABATANGAMUCO résonnent dans la province de KARUSI comme un signe d’espoir à un avenir meilleur à la vie familiale. L’approche Abatangamuco consiste à identifier et à former les ménages à problèmes afin de les amener à un changement de comportement pour qu’à la fin ils deviennent des agents de changements dans leur entourage. Ces derniers forment la 1ère  génération. Les couples qui sont sensibilisés par la première génération constituent la 2ème génération. Le RBU2000+ a intégré cette approche et son impact se fait remarquer dans sa zone d’action de la province de Karusi. Dans une période de trois mois, sur 64 couples à problèmes déjà visités par 28 couples agents de changements (AC de la 1ère génération), 48 couples (2ème génération) soit 75% ont déjà adhéré au changement.  Les activités de ces couples ACs continuent à impacter à tel point que l’administration les a sollicité à participer à la célébration de la journée internationale de la femme au niveau provincial pour partager leurs témoignages.(2ème photo en haut à droite: les femmes Abatangamuco encadrés par le RBU2000+ animent les cérémonies)

 « Je souhaite que l’approche ABATANGAMUCO soit adoptée dans les autres zones non encore touchées. Que ces couples AC fassent des tournées dans les autres communes de la province de KARUSI pour partager leurs témoignages de changement afin de parvenir à un changement à grande échelle. Les Agents de changements Abatangamuco sont venus comme une solution face au problème social de délinquance et de discrimination des droits de la femme qui s’observent dans certains foyers de notre province» .Telles sont les propos de Madame le Gouverneur de la province de KARUSI(voir 1ère photo en haut à gauche) dans son discours lors  des cérémonies de la journée internationale de la femme au niveau provincial en date du 20 mars 2019 au chef lieu de la commune Gihogazi de la même province.

« Beaucoup de ménages ont besoin d’entendre ce genre de témoignages afin qu’ils abandonnent leur mauvais comportement et travaillent dans l’unité pour leur développement. Nous saluons l’action du RBU2000+ dans notre province car, ses actions contribuent à la réalisation de notre mission en tant que administratifs. Si les ménages vivent en harmonie, ceci est le pilier du développement tant sur le plan  familial que national. », a déclaré Monsieur l’administrateur de la commune Gihogazi dans son discours.

Sur invitation, en  tant qu’organisation intervenant dans la province et ayant le volet genre dans ses réalisations, le RBU2000+ s’est joint à la population de la province de Karusi pour la célébration de la journée internationale de la femme.  En effet, le RBU2000+ a intégrée l’approche des agents de changement de comportement Abatangamuco dans le cadre du projet SEWOH « Assurer les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire à Karusi, 2681/Kindernothilfe : 68803» mis en œuvre dans les communes de Gitaramuka et Mutumba de la province de Karusi grâce au financement du gouvernement allemand et de la fondation allemande KINDERNOT HILFE. Au cours des cérémonies, les couples Abatangamuco ont mis en scène des sketchs (voir photo à droite) parlant de leur ancienne vie de désordre et de mauvais comportement envers leurs conjoints et au niveau de la communauté. En fin ils ont montré comment ils ont fini par changer de comportement grâce aux conseils reçus des couples AC. A tour de rôle et en couple, ils ont témoigné de leur prise de conscience et de leur engagement à changer et de l’harmonie qui règne désormais dans leur vie familiale.

Quelques témoignages des couples AC

Témoignage du couple Philbert NTUYAHAGA (AC de la 2ème génération)

« Je m’appelle Philbert NTUYAHAGA. J’habite sur la colline Ruhata de la commune Gitaramuka dans la province de Karusi. J’ai 12 ans de mariage non officiel. J’avais juré de ne jamais me marier officiellement avec ma femme. Je la trouvais vielle et moche. Je sortais avec d’autres jeunes femmes prostituées de mon quartier. J’ai  eu 5 enfants avec cinq femmes différentes en dehors de mon foyer conjugal. Avec ma femme, j’avais 4 enfants. En tout j’ai 9 enfants. J’étais délinquant au point que l’administration m’envoyait souvent des convocations pour comparaitre devant les juridictions. Je les sabotais toutes. Par après, j’ai rencontré un couple AC qui m’a partagé son témoignage. J’ai pris conscience et j’ai réalisé que j’étais dans la mauvaise voie. J’ai décidé de changer mon comportement en prenant soin  de ma femme. Depuis que j’ai changé, ma femme s’est rajeunie. Je la trouve belle et jeune comme les autres femmes. Je me suis engagé à  me marier officiellement avec elle. Les cérémonies de notre mariage sont prévues en date du 30 mars 2019. »(photo à droite: le couple de PHILBERT témoigne)

Témoignage du couple BARYUWABO Privat (AC de la 2ème génération)

« Je m’appelle RIVUZIMANA Désidératte, je suis épouse de Privat BARYUWABO et habite sur la colline GASERA de la commune Mutumba dans la province de Karusi. J’étais maltraitée par mon mari. Il me battait à mort et me traumatisait. Mon mari avait gaspillé tous les biens en les vendant à mon insu. Il sortait avec les prostituées, je n’avais plus de valeur à ses yeux. Je vivais dans la pauvreté, car, à la récolte, il vendait tout ce que je produisais alors qu’il ne m’aidait même pas dans les travaux agricoles. J’étais sur le point de me suicider quand un couple AC nous a rendu visite. Il nous a partagé son témoignage. J’ai commencé à avoir de l’espoir que ma situation pouvait aussi changé. A force de nous visiter, mon mari a fini par être convaincu. Il a pris l’engagement de changer de comportement. Actuellement, je suis épanouie dans mon foyer. Nous nous respectons mutuellement et s’entraidons. Je loue le seigneur qui a placé les Abatangamuco sur mon chemin.» 

A la fin des témoignages des couples agents de changement, les participants à la journée internationale de la femme étaient émus de l’impact qu’avait déclenché l’approche abatangamuco dans la communauté de la province de Karusi. Dans les différents discours exprimés à cet occasion, les administratifs, en particulier le Gouverneur, ont encouragé le mouvement Abatangamuco  dont ses activités ont mis fin aux disputes conjugaux, au gaspillage des biens familiaux, à l’adultère et  ont rétabli l’entente au niveau des foyers redonnant ainsi la dignité à la femme au sein du ménage, laquelle est à la base du développement familiale mais aussi de la communauté en générale. Elle a souligné que des cas marginaux persistent encore à karusi d’où le rôle des Abatangamuco reste indispensable.

Les cérémonies ont été clôturées par la remise des prix aux femmes leaders choisies par le Centre de Développement  Familiale et Communautaire de karusi pour leurs bonnes actions. Après avoir entendu le témoignage du  Couple Agent de changement de Pacifique BARIMWABIRI de RUHATA en commune Gitaramuka, le Gouverneur a décidé, sur place, de le primer. (Voir photo à droite : Epouse de Pacifique avec son prix à la main.)

 

Les mariages officiels des couples Abatangamuco (2ème  génération)

Comme promis dans leurs témoignages de changement, deux couples des Agents de changement Abatangamuco ont célébré leurs mariages officiels en date du 30 mars 2019 à Karusi. Le staff de RBU2000+ qui encadre ces couples au sein du projet SEWOH ont participé aux cérémonies de ces mariages.

Après douze ans de cohabitation illégale et de vie conjugale misérable, Monsieur NTUYAHAGA Philbert agé de 48 ans et sa femme NINGABIYE Florence de 38 ans habitant sur la colline RUHATA de la commune GITARAMUKA ont échangé leurs vœux d’engagement de mariage devant les officiers de l’Etat civil en date du 30 mars 2019 suite aux conseils et accompagnements des couples  ACs encadrés par le RBU2000+.(photo à droite: Florence signe à l'état civil)

 

 

Agé de 80 ans, Monsieur GASEDERI Etienne de la colline RUHATA a régularisé son mariage avec sa femme SINKWIYE Immaculée de 70 ans avec qui il cohabitait illégalement depuis 1971. « Voilà aujourd’hui le  mariage officiel et Je suis très heureuse de cet événement inoubliable dans ma vie ». Déclare Madame Immaculée après la signature à l’Etat civil le 30 mars 2019.(Photo à droite: GASEDERI signe à l'état civil)

Copyright © 2015. Réseau Burundi 2000 Plus Rights Reserved.


Adresse: Avenue Mwaro n°13, Quartier INSS, Bujumbura Mairie, BURUNDI

 Tél : 22 21 98 13 / Email : info@rbu2000plus.org